Bibliothèque de preuves

-A +A

Le partage de ce que nous apprenons au sujet des modèles de programmes, des approches de prestation de services ou des meilleures pratiques constitue pour le secteur du bienfait public une importante façon de faire progresser son travail en collaboration.

Nous avons intégré à cette bibliothèque interrogeable un ensemble de documents – à partir de recherches et d’évaluations de programmes universitaires et communautaires – qui, nous l’espérons, pourront aider les organismes œuvrant dans le secteur à être plus efficaces dans leur travail.

Cet ensemble de preuves sera constamment mis à jour. À mesure que nous trouverons des recherches ou des connaissances importantes, nous en prendrons note, et nous mettrons à jour cette bibliothèque périodiquement. Il est important de noter que si vous connaissez une ressource qui n’est pas encore incluse dans la bibliothèque, ou que vous souhaitez partager les constatations de votre évaluation de programme, nous vous invitons à partager un lien vers cette ressource, ou à la téléverser ici, dans notre Forum de discussion.

Nom du document Auteur Date Brève description
Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights 2006

Le document est divisé en trois chapitres. Le Chapitre I décrit les principes fondamentaux d’une approche des droits de la personne et sa justification. Le Chapitre II (directives 1–7) décrit plus en détail la façon dont les principes de droits de la personne devraient éclairer le processus de formulation, de mise en œuvre et de surveillance d’une stratégie de réduction de la pauvreté. Le Chapitre III (directive 8) aborde l’approche des droits de la personne pour déterminer le contenu d’une stratégie de réduction de la pauvreté, en cernant les éléments importants d’une stratégie visant à réaliser un certain nombre de droits de la personne particuliers et d’obligations en matière de droits de la personne qui sont particulièrement pertinents pour la réduction de la pauvreté.

Michael Frese, Denise M. Rousseau, Johan Wiklund 2015

L’entrepreneuriat fondé sur les preuves (EFP) recherche la pratique de l’entrepreneuriat éclairée par la science. Un préalable est l’accumulation et l’interprétation systématiques de l’ensemble des preuves tirées des bourses d’entrepreneuriat (Rauch & Frese, 2006). L’EFP s’appuie sur des réflexions tirées de la pratique connexe de gestion fondée sur les preuves (EBMgt; Rousseau, 2012), elle-même influencée par les approches fondées sur les preuves en médecine, en criminologie et dans d’autres domaines.

Stephen Morse, Nora McNamara and Mose 2009

Depuis les années 1990, la Sustainable Livelihood Analysis (SLA) est devenue l’approche dominante à la mise en œuvre de l’élaboration d’interventions par plusieurs agences internationales importantes. On la définit du point de vue de la capacité d’une unité sociale d’améliorer ses acquis et capacités face aux chocs et au stress au cours du temps. La SLA vise d’abord à cerner les acquis importants de la subsistance, leurs tendances au cours du temps et de l’espace, ainsi que la nature et les impacts des chocs et du stress (environnementaux, économiques et sociaux) sur ces acquis. À la suite de cela, et après qu’on a pris connaissance du contexte plus large (p. ex., politique, économique, institutions et infrastructures), les interventions sont conçues pour aborder toute vulnérabilité de subsistances améliorées peut être par la diversification des sources de revenus. Ainsi, on pourrait dire que la SLA est un cadre de travail pratique pour l’intervention fondée sur des preuves et qu’elle est sous-tendue par beaucoup de logique, particulièrement dans un monde subissant des changements rapides et où les ressources pour appuyer l’élaboration d’interventions sont inévitablement limitées.

David Jason Fischer 2005

Ceci est un examen exhaustif de 6 mois effectué par The Annie E. Casey Foundation au sujet de 3 modèles de programmes de maintien en emploi et de perfectionnement de la main d’œuvre. Les 3 programmes ont maintenu en emploi plus de la moitié des personnes à faibles compétences durant plus d’une année. Toutes les études de cas ont en commun un engagement à préparer les chercheurs d’emploi à la culture du milieu de travail, ainsi qu’à cerner et aborder les « problèmes de la vie » qui peuvent nuire à l’emploi durable, même si tous les aspects du travail sont bien.

Gaetz, Stephen 2014

Au cours des dernières années, les décideurs et les fournisseurs de services ont exprimé des préoccupations quant à la possibilité et à la façon d’appliquer Housing First à la population de jeunes en situation d’itinérance. Il est important de noter que l’élaboration de ce cadre de travail a découlé d’une collaboration entre le Canadian Observatory on Homelessness et deux entités qui travaillent auprès des jeunes en situation d’itinérance : La Street Youth Planning Collaborative (Hamilton) et la Communauté nationale d’apprentissage sur l’itinérance des jeunes (les détails relatifs à ces organismes se trouvent à l’annexe de ce rapport). Pour produire ce rapport, le processus de collaboration a dû s’appuyer non seulement sur des preuves de recherches existantes, mais aussi sur l’expertise des penseurs de premier plan qui étudient l’itinérance chez les jeunes au Canada. Plusieurs ateliers se sont tenus à Hamilton, organisés par la Street Youth Planning Collaborative (qui incluaient des directeurs généraux de plusieurs organismes, des fournisseurs de services de première ligne et des jeunes ayant des expériences vécues d’itinérance). Plusieurs jeunes participants ont été interviewés dans le cadre de ce processus.

Gaetz, Stephen 2014

Ce rapport présente une autre façon d’aborder l’itinérance chez les jeunes, et les causes sont très différentes par rapport à l’itinérance chez les adultes. Gaetz offre un cadre de travail pour la prévention de l’itinérance chez les jeunes et décrit les services d’urgence ainsi que les changements nécessaires dans divers domaines, comme les soutiens en santé mentale et le travail de réduction des sévices.

Olivia S. Mitchell 2015

Ce document d’information examine ce que nous avons appris au sujet de la littératie financière et de sa relation avec la prise de décisions financières partout dans le monde. À l’aide de trois questions simples, nous avons sondé les résidents de nombreux pays pour déterminer s’ils ont la connaissance fondamentale des finances nécessaire pour fonctionner en tant que décideurs économiques efficaces. Nous révélons que les niveaux de littératie financière sont faibles, non seulement aux États-Unis, mais aussi dans de nombreux autres pays, incluant ceux qui ont des marchés financiers bien développés. De plus, l’illettrisme financier est particulièrement aigu chez certains groupes démographiques, particulièrement les femmes et les personnes moins scolarisées. Ces constatations sont importantes, étant donné que la littératie financière est liée aux habitudes d’emprunt, d’épargne et de dépense. Nous offrons aussi de nouvelles preuves relatives à la littératie financière chez les étudiants du secondaire, à partir du Programme international pour le suivi des acquis des élèves nouvellement instauré et mis en œuvre dans 18 pays.

Boadway, R., Cuff, K. and Koebel, K. 2016

Le soutien pour une garantie de revenu de base au Canada a cru au cours des dernières années, en partie en réponse à l’inégalité de revenu croissante. Malgré tout, la forme d’une telle garantie n’a pas été précisée, et la complexité de l’établissement d’un tel programme ne peut pas être sous-estimée, étant donné que les gouvernements fédéral, provinciaux, territoriaux et des Premières nations doivent être engagés. Ce document d’information étudie la conception, le financement et la mise en œuvre d’un programme de garantie du revenu de base qui protège tous les résidents et s’appuie sur des programmes existants. Un accent particulier est mis sur les enjeux de coordination fédérale-provinciale. Une simulation illustrative du programme utilisant la BD/MSPS de Statistique Canada est présentée.

Scharf, K., Levkoe, C. and Saul, N. 2010

Ce rapport décrit l’approche exhaustive du modèle du Community Food Centre (CFC). Les principes fondamentaux du modèle du CFC sont : répondre aux besoins immédiats des personnes et les rencontrer où elles sont, la bonne alimentation est un investissement dans la bonne santé, offrir un environnement accueillant et respectueux : réduire le blâme et la honte, nous reconstruire : acquérir des connaissances et des compétences pour croître, se préparer et revendiquer de la bonne alimentation, travailler pour reconstruire le système, créer une infrastructure et une masse critique pour des programmes alimentaires, ainsi que tirer profit du pouvoir inspirateur des aliments pour se faire des amis et recueillir de l’argent. Le rapport examine aussi les impacts du modèle du CFC et les étapes à suivre pour maintenir la viabilité.

Choose your language / Choisissez votre langue

Contact

ORGANISÉ PAR

Ontario Trillium